Épilation Douce

Depuis quand existe l’épilation à lumière pulsée ?

Depuis très longtemps, l’épilation à lumière pulsée était seulement autorisée aux médecins. Ils étaient les seuls privilégiés à pouvoir pratiquer des séances. Je vous parle d’un temps ou la pratique en institut n’existait pas. Ne parlons pas de la vente d’épilateurs à lumière pulsée à domicile… Heureusement, selon le Conseil d’Etat, cela n’a plus lieu d’être. Alors depuis quand existe l’épilation à lumière pulsée ? Faisons le point.

Qu’est-ce que l’épilation définitive à lumière pulsée ?

L’épilation définitive s’inscrit dans un processus dont les résultats ne sont pas visibles immédiatement. Cela implique de réaliser plusieurs séances avant de venir à bout de la pilosité indésirable. Ce nombre de séances peut varier d’une personne à l’autre en fonction de différents facteurs tels que :

La lumière pulsée est une technologie de pointe qui vise le poil uniquement, et non l’épiderme autour de celui-ci. Ce n’est pas le cas des crèmes dépilatoires qui agressent chimiquement la peau. Le rasoir quand à lui peut engendrer des rougeurs, irritations et poils incarnés.

Cette technique bénéficie d’un filtre qui permet d’éliminer les UVA, UVB, UVC et les rayons infrarouges. Quel est l’intérêt me direz-vous ? Ce filtre a pour avantage considérable de réduire les risques en matière de vieillissement de la peau ou de cancer. Avec l’épilation à lumière pulsée, en suivant le mode d’emploi, la peau n’est pas touchée. Seul le poil sera éliminé, et ceci de manière permanente. Pour les femmes comme pour les hommes, les problèmes de pilosité est désormais un mauvais souvenir.

Depuis peu, l’épilation à lumière pulsée n’est plus réservée au corps médical

Un arrêté datant du 6 janvier 1962 fixait la liste officielle des opérations et des actes médicaux réservés aux médecins. Pour résumer, cet arrêté interdisait aux esthéticiens professionnels d’utiliser des appareils à lumière pulsée. A cette époque, ils ne pouvaient pratiquer que des épilations à la pince et à la cire.

Pourtant, cette technologie s’est fortement développée en France. L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a réalisé en 2016 un rapport qui mettait en avant que son interdiction pour les non médecins n’était pas nécessaire. Pourtant, le Ministère de la Santé a toujours refusé d’abroger cet arrêté de janvier 1962.

La loi Hôpital qui date de 2009 et le règlement européen de 2017 classifient désormais cette pratique d’épilation à la lumière pulsée dans la catégorie des actes esthétiques. Le Ministère de la Santé, seul législateur sur ce point, aurait donc dû adapter ou modifier les textes français.

Pour répondre à la question « depuis quand existe l’épilation à lumière pulsée ? », il faudra revenir dans les années 1990. A l’époque elle a obtenu son autorisation de mise sur le marché américain en 1995 par la FDA. Elle était utilisée dans un traitement contre la dilatation de petits vaisseaux sanguins.

Modification des textes en cours

Le Conseil d’Etat a été saisi en 2018 à l’occasion d’une demande d’annulation de ce refus systématique. Le 8 novembre 2019, les acteurs du secteur ont enfin atteint leur objectif. Le conseil d’état a statué sur ce combat juridique : l’arrêté a été jugé illégal.

Le Ministère de la Santé doit donc revenir sur sa décision et enfin considérer que l’épilation définitive a, dans les faits, toujours été légale.

Pour le marché de l’épilation définitive en France, il s’agit d’une importante victoire ! Cela lève de nombreuses barrières et explique l’engouement pour l’épilation à la lumière pulsée ces derniers temps !

La Commission Européenne a validé ce projet le 27 janvier 2020. Il est en cours de validation par le Conseil d’Etat français, ce qui signe la fin d’un flou juridique. Cela ne concernait que la France parmi l’intégralité des Etats membres de l’Union européenne !

Exit mobile version